Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 19:41
D'une certaine manière les animaux "savent" qu'ils vont mourir. Mais ils ignorent l'angoisse existentielle qui est propre à l'homme:

"L'animal, en même temps qu'il ignore la mort, « connaît» cependant une mort qui serait la mort-agression, la mort-danger, la mort-ennemie. Toute une animalité blindée, carapaçonnée, hérissée de piquants, ou pourvue de pattes galopantes, d'ailes follement rapides, exprime son obsession de la protection au sein de la jungle vivante. À ce point qu'elle réagit au moindre bruit, exactement comme au danger de mort, soit par la fuite, soit par l'immobilisation réflexe. L'immobilisation réflexe qui écarte le danger de la mort en la mimant, dans une sorte de raffinement et de rouerie d'autodéfense, traduit une réaction « intelligente » à la mort. Rouerie à laquelle se laisse prendre parfois l'animal prédateur qui flaire le faux cadavre et ne ressent plus le besoin d'attaquer, réagissant ainsi également à la mort.
De plus, il est un point très important et obscur, concernant le comportement de nombreux animaux et sur lequel nous ne connaissons pas d'étude. Vont-ils se cacher pour mourir? Pourquoi? Quelle est la signification des cimetières d'éléphants, animaux par ailleurs très évolués ? Si certains animaux ont, effectivement, un comportement particulier, à l'approche de leur propre mort, ce comportement implique donc une
connaissance » de la mort. Mais de quelle « connaissance » s'agit-il?
De telles réactions, de tels comportements, une telle « intelligence » de la mort impliquent certes l'individu puisqu'ils sont manifestés par des individus à l'égard d'autres individus, mais ce sont des réactions spécifigues. La rouerie de l'immobilisation réflexe est uniforme pour tous les individus d'une même espèce, l'individu agit comme « spécimen » et manifeste dans ses réactions précitées, non pas une intelligence individuelle, mais une intelligence spécifique, c'est-à-dire un instinct".
Edgar Morin, L'Homme et la Mort, Paris, Éd. du Seuil, 1970, pp. 53-54.

Partager cet article
Repost0

commentaires