Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 21:55
Sartre a d'abord rejeté la psychanalyse. Puis il s'en est rapproché (le texte suivant date de 1972). Mais il a toujours été réservé vis-à-vis de thèses qu'il juge "molles" parce que non "dialectiques". Il reproche en effet à la théorie de l'inconscient  d'escamoter le contradictions inhérentes à la réalité:

"Pour revenir à Freud, je dirai que j'étais incapable de le comprendre parce que j'étais un Français nourri de tradition cartésienne, imbu de  rationalisme, que l'idée d'inconscient choquait profondément. Mais je ne dirai pas seule,rirent cela. Aujourd'hui encore, en effet, je restechoqué par une chose qui était inévitable chezFreud : son recours au langage physiologique etbiologique pour exprimer des idées qui n'étaientpas transmissibles sans cette médiation. Lerésultat, c'est que la façon dont il décrit l'objet analytique souffre d'une sorte de crampe mécaniste. Il réussit par moments à transcender cette difficulté mais, le plus souvent, le langage qu'ilutilise engendre une mythologie de l'inconscientque  je ne peux pas accepter. Je suis entièrement d'accord sur les faits du déguisement et de la répression, en tant que faits. Mais les motsrépression »,  censure », « pulsion » - qui ex priment à un moment une sorte de finalismeet le moment suivant, une sorte de mécanisme, je les rejette.
 Dans  l'oeuvre de beaucoup d'analystes en tout cas des premiers analystes - il y a  toujours cette ambiguïté fondamentale: l'inconscient est d'abord une autre conscience, puis, le moment d'après, autre que la conscience. Et ce  qui est autre que la conscience devient simple mécanisme.
Je reprocherai donc à la théorie psychanalytique d'être une pensée syncrétique et non
 dialectique. La notion de « complexe ». en particulier, le montre clairement : il v a interpénétration sans contradiction. J'admets, bien entendu,qu'il puisse y avoir, dans chaque individu, un
nombre immense de contradictions « larvées qui se manifestent, dans certaines situations, par des interpénétrations plutôt que par des confrontations. Mais cela ne veut pas dire que ces contradictions n'existent pas".
Les résultats de ce syncrétisme (1 on les voit, par exemple, dans l'utilisation que font les psychanalystes du complexe d'Oedipe ils s'arrangent pour y trouver n'importe quoi, aussi bien la fixation à la mère, l'amour de la mère, que la haine de la mère - selon Mélanie Klein. Autrement dit, on peut tout tirer du complexe d'OEpide, puisqu'il n'est pas structuré. Un analyste peut dire une chose, puis, aussitôt après, le contraire, sans se soucier le moins du monde de manquer de logique, puisque, après tout, « les  opposés s'interpénètrent ». Un phénomène peut avoir telle signification, mais son contraire peut signifier la même chose. La théorie psychanalytique est donc une pensée " molle" . Elle
ne s'appuie pas sur une logique dialectique. C'est que cette  cette logique, me diront les psychanalystes, n'existe pas dans la réalité. Je n'en suis  pas si sur je suis convaincu que les complexus existent, mais je ne suis nullement certain qu'ils ne soient pas structurés".
Sartre par Sartre,  Situations, 9 (1972)

 1) Syncrétisme: théorie qui réunit différents élémens empruntés à différentes doctrines. Ici employé de façon péjorative.
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
La nuance est de l'ordre du sensible non du réel désigné et pensé
Répondre
P
Bonjour madame.
Pour ce qui est de la dialectique il est normale qu'elle ne relève que des contradictions. Mais si on part d'une autre penser qui pousse moins au conflit, à la révolution, on apercoit la réalité tout autrement que sous forme d'une contadiction majeure. La dialectique étant une pensée dominante ce qui coimpte ppour elle c'est de relever la contradiciton majeure tout ce qui est de l'ordre de la nuance de la subtilité , la dialectique l'efface. Je parle de nuance car plus loin vous mettez un lexique de Blaise Pascal, qui si par certains il est qualifié de dialecticien, il est avant tout un défenseur de l'esprit de finesse.
Bonne continuatuin à vous pour ce site dort riche
Anthony
 
 
Répondre
L
vous exagérez en disant que la dialectique "efface tout ce qui est de l'ordre de la nuance et de la subtilité". Si Sartre vous entendait! Et Marx! Et Althusser! Et Adorno!Et j'en passe.... (Hegel?)

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • : Professeur de philosophie. Auteure de "Cours particulier de philosophie" (Belin), "Oublier le bien, nommer le mal" (Belin), "L'art de Aristote à Sonic youth" ( Collection "Les contemporaines" ) Simplement Humains(Editions de l'Aube, 2019)
  • Contact

Recherche