Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 09:41

spinoza-.jpgSPINOZA

Quelle est la raison d’être de la vie en communauté ? Pour répondre à cette question, il ne faut pas se fonder sur l’observation qui nous montre un peu partout les peuples ployant sous le joug de la tyrannie. Dans son Traité des autorités théologique et politiques, Spinoza tente de déduire le meilleur système politique  d’une réflexion sur la nature humaine et sur ses exigences. Le finalité d’un tel système ne peut être que la liberté.

«Nul, disions-nous, ne saurait aliéner sa liberté de juger ni de penser ce qu’il veut, et tout individu, en vertu d’un droit supérieur de nature, reste maître de sa réflexion. Par suite, ce serait s’exposer à un désastre certain, que de vouloir obliger les membres d’une collectivité publique-dont les  opinions sont diverses, voire opposées - à conformer  toutes leurs paroles aux décrets de l’Autorité souveraine. Même les citoyens d’intelligence  avertie, pour ne point parler de la foule commune, sont incapables de garder suffisamment le silence : les hommes ont d’ordinaire le grand tort de confier à d’autres  leurs projets, même lorsqu’ils feraient mieux de se taire. Une Autorité politique exercerait donc un règne d’une violence extrême, si elle refusait à l’individu le droit de penser, puis d’enseigner ce qu’il pense. Elle donnera au contraire des preuves de modération en accordant cette liberté à tous[…]

  Partons des principes de toute organisation en société,  démontrés plus haut [1] ; il s’ensuit, avec la plus grande évidence, que le  but final de l’instauration d’un régime politique n’est pas la domination, ni la répression des hommes, ni leur soumission au joug d’un autre. Ce à quoi l’on a visé par un tel système, c’est à  libérer l’individu de la crainte - de sorte que chacun vive, autant que possible, en sécurité ; en d’autres termes conserve au plus haut point son droit naturel de vivre et d’accomplir une action (sans nuire ni à soi-même, ni à autrui). Non, je le répète, le but poursuivi ne saurait être de transformer des hommes raisonnables en bêtes ou en automates ! Ce qu’on a voulu leur donner, c’est, bien plutôt, la pleine latitude de s’acquitter dans une sécurité parfaite des fonctions de leur corps et de leur esprit. Après quoi, ils seront en mesure de raisonner plus librement, ils ne s’affronteront plus avec les armes de la haine, de la colère, de la ruse et ils se traiteront mutuellement sans injustice. Bref, le but de l’organisation en société, c’est la liberté !

 

Spinoza

Traité des autorités théologiques et politiques (1670)

Œuvres complètes 

Bibliothèque de la Pléiade, pp 898-899, 1954

 

Note 1 : Il s’agit des principes fondateurs de l’Etat, républicain, laïc et démocratique. L’Etat doit être à la fois ferme dans ses dispositifs,  garantissant ainsi la liberté et la sécurité de tous, et respectueux des opinions et des sensibilités de chacun.


Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

cordroc'h jf 09/01/2015 11:26


Le problème est que les individus formant une majrité votante au sein d'une démocratie ne disposent pas de suffisamment de liberté et d'indépendance dans leur manière de penser ,afin d' élire des
représenants voulant réellement agir pour une société juste et égalitaire . La recherche de la sécurité avant toute autre chose , provenant donc d'un sentiment général de peur et d'insécurité
amène inéluctablement à des regroupements populaires empêchant le développement de consciences individuelles , d'indépendance d'esprit , de liberté de penser .de prise de recul etc ...


Les religions et autres idéologies ont pour origine la peur et le sentiment d'insécurité face à un monde dont on ignore le fonctionnement . Ces religions et idéologies proposent donc aux peuples
des modes de fonctionnement, devant leur garantir la paix et la sécurité, à condition de respecter les lois et règles qu'elles préconisent et imposent à cette fin .


Mais dans tout cela , il y a une ignorance des véritables causes du sentiment d'insécurité , et de la peur , éprouvés par les individus . Si une majorité d'individus parvient à trouver un
semblant de sécurité , et un apaisement de leur peur dans le respect de lois et règles, dans la soumission à des modèles existentiels préconçus , d'autres y trouvent un moyen de désigner des
bouc-émissaires et des coupables leur permettant de se décharger de leurs propres frustrations en s'abandonnant à certaines pulsions malsaines et pathologiques .


Quoi qu'il es soit , au départ il ya la peur et l'insécurité éprouvés par un très grande majorité d'individus sur la planète , il y a ensuite les religions et idéologies diverses  , puis
leur exploitation pas certaines personnes plus ou moins paranoiaques .La question fondamentale est donc : Dou vient cette peur originelle ? N'est-elle pas ce qui est à l'origine de la pensée
humaine dite rationnelle voulant contrôler la nature ? Si tel était le cas , ne serions nous pas alors condamnés à en subir le revers , c'est à dire une certaine frustration existentielle, due au
manque de stimulations et d'émotions ,que seule une existence hors cette volonté de contrôle peut permettre .


Or une telle existence n'est possible qu'aux individus ayant échappé aux multiples petites et grandes frustrations de l'enfance , produites par une éducation sous contrôle d'une autorité
parentale trop culturellement conditionnée .


Nous le constatons ces jours ci . le réflexe suite à l'attentat contre Charlie-Hebdo est de de réunir en masse , en troupeau , ce qui pour moi n'est pas bon signe . Je préfèrerai voir les
individus se retirer , prendre du recul , se poser les vraies questions , remettre en cause leur prpre manière de vivre etc ....Aujourd'hui tout le monde se pose en défenseur de la liberté , mais
qu'en était-il de hier , et qu'en sera t-il de demain ? La peur et l'insécurité sont ce qui amène les individus à se regrouper , plus que la défense de la liberté , qui elle nécéssite que l'on
soit déjà libre pour pouvoir la défendre .Les mots ont trop tendance à se substituer a ce qu'ils désignent , et il est trop facile de les utiliser sans savoir à quoi ils correspondent réellement
.C"est ce qui m'agace profondément dans les médias et autres réseaux sociaux .

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • Hansen- love  over-blog
  • : Professeur de philosophie, à IPESUP. Directrice de collection chez Belin et chez Hatier.Co-auteur de : Philosophie,anthologie (Belin) et Philosophie de A à Z (Hatier). Auteur de : "Cours particulier de philosophie" et "La philosophie comme un roman" (Hermann)
  • Contact

Recherche