Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 21:08

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 14:07

https://www.forbes.fr/femmes-at-forbes/les-pays-ou-lon-vit-le-mieux-sont-diriges-par-des-femmes/

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 11:22

“La vraie division humaine est celle-ci: les lumineux et les ténébreux.

Diminuer le nombre des ténébreux, augmenter le nombre des lumineux, voilà le but. C’est pourquoi nous crions: enseignement! Science! Apprendre à lire, c’est allumer du feu; toute syllabe épelée étincelle.”

Victor Hugo, Les Misérables

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 11:29

Face à la violence, faut-il désespérer de l’humanité ?

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 09:15
Violence anthropologique et vices politiques.
En passant par Walter Benjamin,
Laurence Hansen-Løve & Wolfgang Sofsky.

 

Walter Benjamin : Pour une critique de la violence,
traduit de l’allemand par Antonin Wiser, Allia, 2019, 64 p, 6,50 €.

 

Laurence Hansen-Løve : La Violence. Faut-il désespérer de l’humanité ?
Editions du Retour, 2020, 164 p, 14 €.

 

Wolfgang Sofsky : Traité de la violence,
traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Tel Gallimard, 1998, 228 p, 11 €.

 

Wolfgang Sofsky : Le Livre des vices,
traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau, Circé, 2012, 240 p, 21 €.
Violence ( Walter Benjamin, Laurence Hansen-Löve; Wolfgang Sofsky)

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 21:55

Chers amis,

 Nous avons dû annuler notre soirée hommage et  souvenir.

Il est difficile de savoir quand nous pourrons l'envisager à nouveau. Je vous tiendrai au courant (au printemps?) 

Partager cet article

Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 13:24

https://reporterre.net/Climat-la-jeunesse-refuse-de-prendre-part-a-son-aneantissement

 

Climat : la jeunesse refuse de prendre part à son anéantissement

Partager cet article

Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 13:22

Partager cet article

Repost0
17 août 2020 1 17 /08 /août /2020 07:14

 

 

Le masque

« Le visage est ce trésor unique que chacun offre au monde » François Cheng ( Cinq méditations sur la beauté)

 

Entendons nous bien : je porte le masque. Je n'ai pas l'intention de me rebeller contre les décisions du gouvernement.  J’estime  que je ne suis pas compétente pour  juger de leur bien-fondé.

 

Cela étant posé, la situation actuelle me déconcerte. Voire me désespère.

Paris (les villes en général, je suppose?) ressemble désormais à un hôpital à ciel ouvert. Depuis que les gens sont masqués dans la rue,  on ne croise plus que des infirmiers, des médecins  ou  bien des zombies.

 

Tout d'abord c'est très laid, c'est hideux. Le pire ce sont ces gens  - tellement nombreux -  qui  portent  le masque sur le menton, comme un bavoir,  c'est sale, c'est affreux, et c'est dégoûtant. De même que tous ces masques qui jonchent le sol. Au restaurant j’ai vu une femme qui a pris tout son  repas  avec le masque sur le menton -  beurk.. J'ai croisé des amis au cinéma qui m’ont saluée, je ne les ai pas reconnus.

   Mais le pire,

c'est que ces visages défigurés, mutilés, dégradés, fantomatiques ( comment parler encore de « visages » ?), m’interpellent  : « Porte ton masque toi aussi, n’oublie jamais, l'épidémie est là, elle est mondiale, elle rôde, elle va revenir, elle revient (pour le cas où je ne regarderais pas la télé) ».

Demain je vais faire cours masquée, devant des élèves masqués. Inquiétante étrangeté  !

Mais le pire encore,  c’est  ce que j’imagine, ce que je crains…

Tout le monde a compris qu'il n'y aura pas de vaccin ou bien qu'il sera d’une efficacité douteuse. La COVID  est là  pour au moins  un ou deux ans. Mais après : après il y aura probablement d'autres virus puisque la multiplication des virus est liée  à la destruction  des réserves naturelle (déforestation etc.).

 

À mon âge,  je pense que je ne croiserai plus jamais de visages non masqués (dans leur ensemble) dans la rue.

A quand les masques à gaz?

 

Les enfants qui naissent aujourd'hui verront-t-il un jour le visage de leur maître-s- se?  Des puéricultrices à la crèche?

 

Le monde d'avant où l'on s’embrassait et s’étreignait librement,  où l’on croisait des sourires dans la rue, où l’on tenait  la main des mourants,  où l’on leur offrait des funérailles, où  se rassemblait pour partager notre deuil, est-il définitivement révolu?

 

Partager cet article

Repost0
17 août 2020 1 17 /08 /août /2020 07:14

 

 

Le masque

« Le visage est ce trésor unique que chacun offre au monde » François Cheng ( Cinq méditations sur la beauté)

 

Entendons nous bien : je porte le masque. Je n'ai pas l'intention de me rebeller contre les décisions du gouvernement.  J’estime  que je ne suis pas compétente pour  juger de leur bien-fondé.

 

Cela étant posé, la situation actuelle me déconcerte. Voire me désespère.

Paris (les villes en général, je suppose?) ressemble désormais à un hôpital à ciel ouvert. Depuis que les gens sont masqués dans la rue,  on ne croise plus que des infirmiers, des médecins  ou  bien des zombies.

 

Tout d'abord c'est très laid, c'est hideux. Le pire ce sont ces gens  - tellement nombreux -  qui  portent  le masque sur le menton, comme un bavoir,  c'est sale, c'est affreux, et c'est dégoûtant. De même que tous ces masques qui jonchent le sol. Au restaurant j’ai vu une femme qui a pris tout son  repas  avec le masque sur le menton -  beurk.. J'ai croisé des amis au cinéma qui m’ont saluée, je ne les ai pas reconnus.

   Mais le pire,

c'est que ces visages défigurés, mutilés, dégradés, fantomatiques ( comment parler encore de « visages » ?), m’interpellent  : « Porte ton masque toi aussi, n’oublie jamais, l'épidémie est là, elle est mondiale, elle rôde, elle va revenir, elle revient (pour le cas où je ne regarderais pas la télé) ».

Demain je vais faire cours masquée, devant des élèves masqués. Inquiétante étrangeté  !

Mais le pire encore,  c’est  ce que j’imagine, ce que je crains…

Tout le monde a compris qu'il n'y aura pas de vaccin ou bien qu'il sera d’une efficacité douteuse. La COVID  est là  pour au moins  un ou deux ans. Mais après : après il y aura probablement d'autres virus puisque la multiplication des virus est liée  à la destruction  des réserves naturelle (déforestation etc.).

 

À mon âge,  je pense que je ne croiserai plus jamais de visages non masqués (dans leur ensemble) dans la rue.

A quand les masques à gaz?

 

Les enfants qui naissent aujourd'hui verront-t-il un jour le visage de leur maître-s- se?  Des puéricultrices à la crèche?

 

Le monde d'avant où l'on s’embrassait et s’étreignait librement,  où l’on croisait des sourires dans la rue, où l’on tenait  la main des mourants,  où l’on leur offrait des funérailles, où  se rassemblait pour partager notre deuil, est-il définitivement révolu?

 

Le masque

Partager cet article

Repost0