Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 18:29

 Voici comment Nietzsche voit le dernier homme: autrement dit nous (?) -  en tous cas à bien des égards!

Texte troublant:

 

"Hélas! Le temps vient où l'homme deviendra incapable d'enfanter une étoile dansante. Hélas ! ce qui vient, c'est l'époque de l'homme méprisable entre tous, qui ne saura même plus se mépriser lui-même.
Voici, je vais vous montrer le Dernier Homme :
« Qu'est-ce qu'aimer? Qu'est-ce que créer? Qu'est-ce que désirer? Qu'estce qu'une étoile? » Ainsi parlera le Dernier Homme, en clignant de l'oeil.
La terre alors sera devenue exiguë, on y verra sautiller le Dernier Homme qui rapetisse toute chose. Son engeance est aussi indestructible que celle du puceron-, le Dernier Homme est celui qui vivra le plus longtemps.
« Nous avons inventé le bonheur », diront les Derniers Hommes, en clignant de l'oeil.
Ils auront abandonné les contrées où la vie est dure ; car on a besoin de chaleur. On aimera encore son prochain et l'on se frottera contre lui, car il faut de la chaleur.
La maladie, la méfiance leur paraîtront autant de péchés ; on n'a qu'à prendre garde où l'on marche ! Insensé qui trébuche encore sur les pierres ou sur les hommes!
Un peu de poison de temps à autre; cela donne des rêves agréables. Et beaucoup de poison pour finir, afin d'avoir une mort agréable.
On travaillera encore, car le travail distrait. Mais on aura soin que cette distraction ne devienne jamais fatigante.
On ne deviendra plus ni riche ni pauvre; c'est trop pénible. Qui donc voudra encore gouverner? Qui donc voudra obéir? L'un et l'autre sont trop pénibles.
Pas de berger et un seul troupeau ! Tous voudront la même chose, tous seront égaux; quiconque sera d'un sentiment différent entrera volontairement à l'asile des fous.
Jadis, tout le monde était fou », diront les plus malins, en clignant ,de l'oeil.
On sera malin, on saura tout ce qui s'est passé jadis; ainsi l'on aura de quoi se gausser sans fin. On se chamaillera encore, mais on se reconquis-Iiera  bien vite, de peur de se gâter la digestion.
On aura son petit plaisir pour le jour et son petit plaisir pour la nuit; mais on révérera la santé.
« Nous avons inventé le bonheur », diront les Derniers Hommes, en  clignant de l'oeil. »
Ici prit fin le premier discours de Zarathoustra qu'on appelle aussi le Prologue; car à ce moment les cris et l'hilarité de la foule l'interrompirent. Donne-nous ce Dernier Homme, ô Zarathoustra, criaient-ils; fais de nous ces Derniers Hommes! Et garde pour toi ton Surhumain! » Et tout peuple exultait et faisait entendre des claquements de langue. Mais, Zarathoustra en fut affligé et se dit en son coeur :
« Ils ne me comprennent point, je ne suis pas la bouche qui convient à  ces oreilles.
J'ai trop longtemps vécu en montagne, j'ai trop écouté les ruisseaux et les arbres; je leur parle à présent comme on parle aux chevriers.
Mon âme n'est point ébranlée, elle est claire comme la montagne .m matin. Mais eux me croient froid, ils me prennent pour un sinistre farceur.
Et maintenant ils me regardent en ricanant; non contents de ricaner, ils me haïssent par surcroît. Il y a de la glace dans ces rires. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
<br /> <br /> Lisez Smith: il met pas mal de bémols à ses propres théories!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> C'est fou comme on dirait du tocqueville : tyrannie de la majorité, individualisme nous détournant de la chose publique et passion pour l'égalité, voilà comment décrivait-il les dérives de<br /> la démocratie. "Les hommes préfèrent l'égalité dans la servitude que l'inégalité dans la liberté" disait-il. Ces deux analyses, d'une actualité plus que frappante, sont très interessantes et<br /> décrivent parfaitement ce à quoi peuvent conduire les comportements humains dans leurs heures les plus sombres. Mais il n'y a guère que ça en l'homme. Son individualisme, la recherche de son<br /> bonheur personnel, le désir de reconnaissance qui l'anime peuvent aussi conduire l'homme à se surpasser, prendre des risques et motiver des efforts insoupçonnables. La recherche de<br /> l'intérêt particulier profite à l'intérêt général, nous rappelle la main invisible d'Adam Smith, pour ne prendre que cet exemple.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> merci Max.. ce message s'adresse à moi ou à Tom? Parce que pour ce qui me concerne, je serais plutôt proche des idées de Tocqueville..<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> <br /> Ce texte de Nietzche ne fait que confirmer ce que je pense ,à savoir que l'homme ne veut et ne fait donc que rechercher ce qui est apaisant et non ce qui est stimulant ,que l'anonymat du troupeau<br /> et non le dévéloppement de la personnalité , que l'ignorance et non l'acquisition d'une connaissance par l'expérimentation personnelle .L 'homme ,malgré l'étendue de ses connaissances reste à la<br /> surface des choses , la profondeur et les sommets lui font peur car il aime à conserver des repères fixes auxquels pouvoir s'accrocher dès qu'une tempête se lève .<br /> <br /> <br /> Le résultat de cette incapacité à vivre dans l'incertitude et l'imprévisible ,est un monde totalement artificiel dans lequel l'individu est en mesure de conserver le contrôle de ses émotions en<br /> se contentant de se comporter selon des modalités préfabriquées qu'il veut voir être respectées par tous .Il veut donc pour cela de l'égalité , de la justice et se croit libre tant qu'il<br /> peut mener sa petite vie tranquille .IL appelle ça le bonheur , pauvre petit homme passant à côté de la richesse d'une vie consacrée à l'exploration ludique des profondeurs et des sommets du<br /> monde reél .<br /> <br /> <br /> J' ai bien précisé ,exploration ludique et non scientifique , car la connaissance qu'apporte la première à une toute autre fonction que celle que procure la seconde .La connaissance ludique n'a<br /> d'autre finalité que de satisfaire une curiosité naturelle ,un besoin de s'amuser à résoudre des énigmes ,des mystères ,à expérimenter des idées etc.... sans chercher à prouver quoique se soit<br /> .C'est donc un processus d'apprentissage procurant du plaisir et restant totalement ouvert à toutes stimulations sensations et émotions nouvelles .IL n'y a rien de rationnel ni de<br /> préconçu ,aucune règle ni méthode à suivre , tout se fait selon le déroulement des évènements , selon les rencontres se produisant de manière aléatoire , et c'est en cela que ce<br /> processus rejoint le processus naturel de création et d'évolution.<br /> <br /> <br /> Il est évident que pour pouvoir suivre un tel processus d'apprentissage ,il faut disposer dès le départ d'un grand potentiel énergétique , d'une base existentielle solide à partir de<br /> laquelle s'élancer dans de multiples directions à la fois . Il faut pouvoir se disperser avec l'assurance de pouvoir retrouver son entièreté ,et cela n'est possible que si l'on possède<br /> des racines ,des liens s'enfonçant profondément dans le fondement des choses qui normalement nous est transmis lors de la relation fondamentale et fondatrice de notre être véritable qu'est la<br /> relation mère -enfant . Je pense que toute la problèmatique humaine ,et donc le manque existentiel présent en tout être humain ,né au sein d'une culture fondée sur la croyance en la nécéssité de<br /> séparer prématurément l'enfant de sa mère ,afin d'en faire un individu précocément autonome ,vient du manque de liens fondamentaux homme-nature, résultant du manque de liens fondamentaux<br /> enfant-mère ,n'ayant pu se constituer suffisamment du fait de l'intreférence dans la relation mère-enfant , du père en tant que représentant de l'autorité  idéologique en exercice.<br /> <br /> <br /> Pour un véritable et radical changement de la pensée humaine , l'homme doit donc reconnaitre le rôle absolument fondamental de la mère dans sa relation avec l'enfant ,ainsi que sa responsabilité<br /> dans la séparation prématurée de l'enfant de sa mère dans le but inconscient d'exercer un pouvoir et une domination sur la nature, à laquelle il associe également inconsciemment la mère et plus<br /> généralement la femme et l'enfant . Cela fait plus de deux milles ans que l'homme vit dans l'illusion de sa supériorité par rapport à la femme et la nature , il lui faudra peut-être autant de<br /> temps pour reconnaître son erreur et rependre la place qui est la sienne au sein de la famille ,quand famille il y a.<br /> <br /> <br /> Ceci est une théorie personnelle ,je suis disposé à en discuter avec d'éventuels contradicteurs ,chose qui il me semble manque un peu sur ce blog  , qui ,il est vrai ,est plus destiné à des<br /> étudiants et professeurs . Je ne suis ni étudiant , ni professeur en rien ,je suis actuellement livreur chez un grossiste en fruits et légumes ,j'ai 53 ans ,père de trois filles<br /> ,22 ans ,20 ans, 16 ans , marié à une infirmière . Si je précise cela , c'est pour permettre aux lecteurs de ce blog de ne pas s'arrêter à certains éventuels aprioris et non pour me<br /> justifier , je suis un grand garçon qui assume totalement ses idées.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre