Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2022 1 19 /09 /septembre /2022 17:58
 

La religion du progrès dans l’Anthropocène : croissance, consommation et géo-ingénierie

pastedGraphic.png

Dr Anne Fremaux PhD in Political Ecology-French Agregation of Philosophy-Philosophy teacher, Aix-en-Provence, France

2018, Journal du MAUSS - 31 Août 2018

 

 

 ...

Alors que tous les clignotants de la planète sont au rouge et qu’aucune mesure proposée ne semble proportionnée à l’ampleur de l’effondrement écologique, alors que les crises économiques et sociales n’en finissent pas de se succéder et de remettre en question notre modèle de civilisation, il apparaît légitime de s’interroger sur la validité de nos modèles et de nos représentations. L’idée que la croissance économique et les innovations technico-industrielles qui lui sont liées soient les seuls outils susceptibles de satisfaire aux besoins de l’humanité, peut être assimilée à une « croyance mythique », un pari sur le présent et l’avenir sans cesse démenti par les faits. Contrairement aux illusions propagées par les médias dominants et les technocrates qui leur sont liés, les sociétés de croissance ou d’hyperconsommation n’ont jamais été des sociétés d’abondance. Bien au contraire, ce sont des systèmes idéologiques fondés de façon structurelle sur la construction sociale et écologique de la rareté. Les sociétés promouvant le « toujours plus » perdurent grâce à la production d’une insatisfaction générale – réalisée à coup de promesses marketing vides (lire : de « mensonges ») et à travers un processus de gadgétisation qui valorise l’obsolescence et la futilité comme horizons principaux d’action et de signification. Notre civilisation a en cela perdu – et ce depuis bien longtemps – le (bon) sens de l’essentiel. L’entreprise de nihilisation en cours s’effectue non seulement au prix d’une déprime globale mais aussi d’un désastre écologique d’ampleur inédite que les générations futures auront encore plus tragiquement que nous à subir. Le cortège de solutions technologiques (parmi lesquelles les technologies à haut risque de régulation du climat) et les promesses sans cesse ajournées d’un retour à la croissance sont les illusions offertes aux peuples crédules pour assurer la continuation d’une idéologie zombie à laquelle nous continuons de croire par habitude, paresse intellectuelle, ignorance… ou foi. Et tout cela, bien qu’elle conduise nos écosystèmes, nos structures sociales et économiques à la débâcle et à l’effondrement .

 

 
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires