Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 19:28

 

La vie de l’esprit, PUF, p 187

 

« Je veux rappeler le contexte curieux dans lequel le verbe « philosopher » apparaît pour la première fois. Il faut raconter comment Solon, après avoir donné des lois aux athéniens, partit pour un voyage de dix  ans, guidé à la fois par des raisons politiques et par la curiosité–theorein. Il arrive à  Sarde ou Crésus était au faîte du pouvoir. Crésus après lui avoir montré tous ses trésors, lui parle ainsi : « Mon hôte  athénien, le bruit de ta sagesse, de tes voyages est arrivé jusqu'à nous ; on nous a dit que le goût du savoir et la curiosité t'ont fait visiter mon pays ; aussi le désir m’est-il venu maintenant de te poser une question : as-tu déjà vu un homme qui soit le plus heureux du monde? »

( a suite de l'histoire est bien connue : Crésus, persuadé d'être reconnu pour l'homme le plus heureux du monde, s’entend  dire qu'aucun homme quelle que soit sa chance ne peut appelé heureux avant sa mort (…) Solon  remplace la question « Qui est le plus heureux des hommes ? » par «  Qu'est-ce que le bonheur pour les mortels ? ».  Et sa réponse à cette question est un objet philosophique, philosophomenon, une réflexion sur les affaires humaines et la durée de la vie au cours de laquelle « de toutes ses journées, l'une n’amène rien du tout de pareil à ce qu'amène l'autre » tant et si bien  si bien que « l'homme n'est que vicissitudes ».

(…)

 

Dans un fragment qui s'accorde parfaitement avec l'histoire rapportée par Hérodote, on raconte que, selon lui, il n'y a rien de plus difficile que de découvrir la mesure du jugement caché (aphanes) qui, (bien que n'apparaissant pas) circonscrit les limites de toute chose. À ce moment Solon  pourrait passer pour un prédécesseur de Socrate, qui, lui aussi, comme on  le dira à plus tard, voulait  faire descendre la philosophie du ciel sur la terre, et se mit donc à scruter les mesures invisibles appliquées au jugement des affaires humaines. Quand on lui demande qui est le plus heureux des hommes, Solon  répond par une question : « Qu’est-ce , je vous prie, le bonheur, comment entendez-vous le mesurer ? » –Tout comme Socrate allait  interroger : « Que sont courage piété,  amitié,  sophrosyne, savoir, justice et le reste ? ».

Hannah Arendt

La vie de l’esprit, PUF, p 187.

Partager cet article
Repost0

commentaires