Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 21:02

guerre-mali.png

 

Pour Saint Augustin, probablement.. mais cela ne les dissuade absolument pas de faire la guerre:

 

"Quiconque observe quelque peu les choses humaines et notre commune nature, le reconnaîtra avec moi : de même que tous désirent la joie, il n'est personne qui n'aime la paix. Puisque même ceux-là qui veulent la guerre ne veulent rien d'autre assurément que la victoire, c'est donc à une paix glorieuse qu'ils aspirent à parvenir en faisant la guerre. Qu'est-ce que vaincre, en effet, sinon abattre toute résistance ? Cette oeuvre accomplie, ce sera la paix. C'est donc en vue de la paix que se font les guerres, et cela même par ceux qui s'appliquent à l'exercice des vertus guerrières dans le commandement et le combat. D'où il est clair que la paix est le but recherché par la guerre, car tout homme cherche la paix en faisant la guerre, et nul ne cherche la guerre en faisant la paix. Quant à ceux qui veulent que la paix dont ils jouissent soit troublée, ils ne haïssent pas la paix, ils désirent seulement qu'elle soit changée à leur gré. Ce qu'ils veulent donc, ce n'est pas qu'il n'y ait plus de paix, mais qu'il y ait la paix qu'ils veulent. Et finalement, même s'ils se séparent des autres par la rébellion, ils ne peuvent réaliser leur dessein qu'à condition de sauvegarder quelque apparence de paix avec leurs partisans ou conjurés. Aussi les brigands eux-mêmes, pour s'attaquer à la paix d'autrui avec plus de violence et de sûreté, tiennent-ils à garder la paix avec leurs compagnons".

La cité de Dieu Livre 19 Chapitre 12 , p 117

Saint Augustin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

thomas 30/01/2013 14:36


On comprend mieux si on dit que la paix est le plus souvent, pour demain. C'est un idéal, qui nécessite que l'on fasse la guerre (ou que l'on lutte) pour établir sa propre conception de la
paix. Si on désire la paix, c'est qu'on ne l'a pas.


Mais il y a un autre aspect de l'histoire : la paix devient pour certains un moyen de repousser toute critique même lorsque l'on n'a - comme les bandits - des intentions peu pacifiques.
D'habirtude, j'aime bien Muhlmann, mais je l'ai entendue proférer une énormité récemment : comme quoi ce serait erroné de dire que l'on critique une croyance et pas les croyants, une religion,
pas les religieux. Elle ne distingue pas. A ce compte-là, il faut interdire toute opinion, supprimer la liberté d'expression. Car si on emet un avis sur quelque chose, si on commente n'importe
quel point de vue, cela revient à rejeter la ou les personnes qui pensent ainsi.


Revenons à la paix et à la guerre, C'est l'identification le problème. La foi réelle.  Celui qui s'identifie à une doctrine, ne supportera pas qu'on la critique. Il fera donc la guerre à
celui qu'il considerera comme un ennemi personnel;