Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 14:14

La religion connaît un déclin irréversible depuis le début du monothéisme:

 

 

 

Quelques années avant Max Weber, le sociologue Emile Durkheim décrit ici le processus de « désenchantement »du monde. Ce qu’il nomme encore ici la « décadence »  du processus religieux fera l’objet par la suite de nombreux travaux, parmi lesquels il faut surtout citer Le désenchantement du monde, de Marcel Gauchet (1985).

 

"S’il y est une vérité que l’histoire a mise hors de doute, c’est que la religion embrasse une portion de plus en plus petite de la vie sociale. A l’origine, elle s’étend à tout ; tout ce qui est social est religieux : ces deux mots sont synonymes. Puis, peu à peu, les fonctions politique, économique, scientifique s’affranchissent de la fonction religieuse, se constituent à part et prennent un caractère temporel de plus en plus accusé. Dieu, si l’on peut s’exprimer ainsi, qui était d’abord présent à toutes les relations humaines, s’en retire progressivement : il abandonne le monde aux hommes et à leurs disputes. Du moins, s’il continue à les dominer, c’est de haut et de loin  et l’action qu’il exerce, devenant plus générale et plus indéterminée, laisse plus de place au libre jeu des forces humaines. L’individu se sent donc, il est réellement moins agi ; il devient davantage une source d’activité spontanée. En un mot, non seulement le domaine de la religion ne s’accroît pas en même temps que celui de la vie temporelle et dans la même mesure, mais il va de plus en plus en rétrécissant. Sans doute, si cette décadence était, comme on est souvent porté à le croire, un produit original de notre civilisation la plus récente, et un événement unique dans l’histoire des sociétés, on pourrait se demander si elle sera durable ; mais en réalité elle se poursuit d’une manière ininterrompue depuis les temps les plus lointains. C’est ce que nous nous sommes attachés à démontrer. L’individualisme, la libre pensée, ne datent ni de nos jours , ni de 1789, ni de la Réforme, ni de la scolastique, ni de la chute du polythéisme gréco-latin, ou des théocraties orientales. C’est un phénomène qui ne commence nulle part, mais  qui se développe sans  s’arrêter tout au long de l’histoire".

 Emile Durkheim, De la division du travail social, 1893, pp 143 et 146,  Ed. PUF, Collection Quadrige, 1986.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

j f cordroc'h 22/09/2012 18:39


Comme je l'ai déja écrit sur ce blog , selon moi , l'origine de la religion , de toutes les religions et idéologies , est la peur , qui devient angoisse existentielle,du fait que l'on ignore
l'origine et les causes précises de celle-ci . Cette peur se traduit en l'individu par un sentiment diffus d'insécurité , du au manque intérieur d' une énergie vitale poussant à l'action sans
qu'il soit préalablement nécessaire de tout planifier, afin de limiter les risques d'échecs et d'erreurs . Ce manque de confiance en soi chez l'individu l'oblige à se réfugier dans des cadres
existentiels idéologiques pré-conçus que ne manquent pas de leur proposer d'autres individus en quête d'autorité et de pouvoir compasateurs de leur propre sentiment d'insécurité .


Au fil de son évolution l'homme est effectivement parvenu à se passer, plus ou moins selon les continents , de la religion ,comme le précise M Gauchet , et c'est vrai que ce processus a débuter
dès que l'homme s'est mis à penser . Il y a toujours eu des individus possédant l'énergie nécessaire pour pouvoir oser s'aventurer dans l'inconnu , ayant donc pu échapper aux marchands
d'illusions, et permettre ainsi à la connaissance de progresser face à l'obscurantisme .


Mais qu'en est-il réellement des masses ? Ne nous leurrons pas , si la religion joue un rôle bien moins important qu'elle ne l'a fait durant des siècles , cela ne signifie pas que la peur
originelle et l'angoisse existentielle ont disparu . On le voit ces temps ci , dès qu'une crise risquant de ne plus permettre aux individus de se procurer ce par quoi ils ont remplacé la religion
, la peur primaire réapparaît avec ses vieux réflexes .


La connaissance purement intellectuelle du fonctionnement de la nature ,  de la psychologie humaine , et de tas d'autres choses dans de multiples domaines ne fait que rassurer
superficiellement en procurant un pouvoir d'action sur la réalité , permettant d'adapter celle-ci aux désirs humains . Si cette connaissance avait véritablement permis le développement d'une
conscience chez un plus grand nombres d'individus , la planète ne serait pas dans son état actuel , et les religions auraient carrément disparu .


Il manque donc toujours à l'homme ce qui permettrait à une telle conscience de se développer , il lui manque des liens profonds avec sa véritable origine , qui est ce que toutes les religions ne
veulent surtout  pas voir . La science a permis de démontrer l'existence de ces liens de manière irréfutable , mais cela ne suffit pas , l'individu doit vivre et expérimenter
émotionnellement ces liens pour pouvoir en prendre conscience .L 'homme a besoin d'une psychanalyse à grande échelle , suivit d'une rééducation quant à la manière d'éduquer ses petits .


Les grandes religions monothéistes sont en perte d'influence par rapport à ce qu'elles ont été , mais elles sont remplacées par de multiples substituts qui font que le monde est devenu ce qu'il
est . Argent ,est le nom d'un des nouveaux dieux dirigeant ce monde .


En écrivant ces lignes , j'écoute sur youtube, Lou Donaldson , un saxophoniste de jazz très funky , ça bouge grave ...un peu de soleil et de légereté dans ce monde de fous .


Je suis avec vous Laurence contre tous ces "fous de dieu" qui n'aiment pas qu'on leur explique ce qu'ils sont , eux qui ne se gênent pas pour juger et condammer en toute sainte ignorance, dans
laquelle ils sont bien gardés .Je n'ai rien de particulier contre l'islam  , je ne supporte aucune religion que je considère comme le cancer de l'humanité , cancer qui je le rappelle, se
développe beaucoup plus rapidement chez des personnes déja psychologiquement affaiblies .