Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 09:42

 

 

« La tolérance,  c'est le fait de ne pas intervenir dans les actions des autres qu'on juge mauvaises, qu'on désapprouve. Toutefois, toute tolérance comporte nécessairement des limites.

La question est alors la suivante: qu'est-ce qui peut justifier qu'on puisse refuser de tolérer certaines choses?

 

"La tolérance ne peut être sans limites. Dès que le mal dépasse un certain seuil, ce n'est plus un bien de tolérer le mal. Pour la pensée libérale, la fin de l'Etat est d'agir en vue du bien commun, conformément à un commun décret. Dans cette perspective,on délimitera précisément ce qui est du ressort de l'Etat, et ce qui ne l'est pas Tous les grands écrits de la pensée libérale condamnent unanimement l'intolérance religieuse. En effet, la puissance publique n'a aucun moyen d'atteindre les consciences: la persécution religieuse, de ce fait, est totalement irrationnelle.

Selon Spinoza, tout d'abord, tout homme a un droit naturel de se servir de sa raison, et, par voie de conséquence, d'exprimer et de communiquer ses idées.

Dans un tel cadre, il reste trois raisons de limiter la tolérance: 

1) On ne peut tolérer ce qui met en cause la tolérance elle-même.

2) On ne doit pas porter atteinte aux intérêts, aux droits, bref aux libertés d'autres personnes (J.S.Mill, On liberty).

La calomnie en est un exemple : on ne peut tolérer de tels mensonges. Ce qui pose immédiatement un problème: combien faudra-t-il interdire de publications pour ce motif?

Il y a un coût de l'interdiction; dans cette mesure, il vaut parfois mieux tolérer certains torts, certains abus plutôt que de renforcer l'interdit. On s'efforcera donc d'adopter un principe de pondération, permettant de concilier (1 et (2 .

Où commence le tort fait à autrui? Le problème le plus délicat est celui du blasphème... Faut-il interdire toutes les sources possibles de blasphème ? Mais où commence, dans ce domaine, le tort fait à autrui?

3) Nécessité de préserver les conditions d'une existence sociale commune.

On admettra qu'il n'est pas possible de douter de la validité de certaines valeurs morales. Même si, d'un autre coté, l'Etat ne doit pas légiférer sur ce qui est bien ou mal.

Aujourd'hui, par exemple, on ne peut tolérer les publications justifiant le racisme, incitant au génocide. La question est: pourquoi?

Parce que ces publications "font du tort" à des personnes concrètes. Ce qui est une manière très particulière, et bien précise, de justifier l'interdiction (qui est lésé?).

On revient donc toujours à la question de savoir où commence le "tort fait à autrui"?

On est conduit à se demander si la tolérance est bien un principe (sur quoi on doit se fonder pour déterminer l'action), ou bien si c'est une attitude qui ne permet pas d'énoncer les règles de sa justification.

 

On retiendra non pas un principe, mais deux:

1) Le principe de neutralité:

L'Etat doit s'abstenir d'imposer une conception du Bien. Dans cette mesure, aucun groupe ne persécutera un autre groupe pour des raisons idéologiques.

Ceci est à mettre en relation avec la question de la vérité. Le problème se pose à propos de l'éducation des enfants: les parents, tout naturellement, vont transmettre leur religion. En revanche, on ne peut pas accepter qu'ils transmettent de fausses mathématiques, ou de fausses "vérités" historiques. En effet, l'enfant pourra apprécier par lui-même, une fois adulte, ce qui est de l'ordre de la morale, ou de la religion. En revanche les fausses "vérités" doivent être réfutées et contredites par l'Etat.

 

2) Le principe de pluralisme:

Il existe plusieurs façons de poursuivre le bien. L'Etat n'a pas à imposer une conception particulière. Il lui appartient,en outre, d'interdire tout comportement traduisant une telle attitude d'exclusion fondée sur l'intolérance.

Conclusion:

Il existe deux interprétations de la conception libérale de la tolérance:

La première est optimiste; elle se réclame de J.S.Mill. Pour lui,le pluralisme est un bon principe : il est souhaitable de laisser s'exprimer toutes les opinions, même celles qu'on croit fausses. On s'en tiendra donc à l'établissement de garde-fous juridiques (bornes procédurales).

La seconde est pessimiste; il s'agit de constater l'incompatibilité radicale entre certains modes de vie. En outre, on admettra qu'entre les hommes, les relations ne peuvent être que de conflit et de compétition. Dès lors la tolérance ne peut être que limitée. Cette conception, pessimiste, prend acte de l'hétérogénéité indépassable des composantes de la morale,et de tous les conflits qu'elle induit" . Monique Canto-Sperber,  Conférence prononcée à l’UNESCO en 2002

 

 TEXTE HUME

 Pourquoi la philosophie est préférable : 

« Puisqu'il est donc presque impossible à l'esprit humain de demeurer, comme l'esprit des bêtes, dans l'étroit cercle d'objets qui sont les sujets de nos conversations et de nos actions quotidiennes, nous avons seulement à délibérer sur le choix de notre guide et à préférer celui qui est le plus sûr et le plus agréable. Et, à cet égard, j'ose recommander la philosophie et n'aurai aucun scrupule à lui donner la préférence sur la superstition de tout genre et de tout nom. En effet, puisque la superstition naît naturellement et facilement des opinions humaines populaires, elle s'empare plus fermement de l'esprit et elle a souvent la force de nous troubler dans la conduite de notre vie et de nos actions. La philosophie, au contraire, si elle est juste, ne peut nous offrir que des sentiments doux et mesurés ; si elle est fausse et extravagante, ses opinions sont uniquement les objets d'une spéculation froide et générale et elles vont rarement aussi loin pour interrompre le cours de nos tendances naturelles. . . En général, les erreurs de religion sont dangereuses, les erreurs philosophiques sont seulement ridicules »

 

David Hume, Traité de la nature humaine (1740), Tome I, pp 364-365


 

 

 

 TEXTE HUME

 Pourquoi la philosophie est préférable : 

« Puisqu'il est donc presque impossible à l'esprit humain de demeurer, comme l'esprit des bêtes, dans l'étroit cercle d'objets qui sont les sujets de nos conversations et de nos actions quotidiennes, nous avons seulement à délibérer sur le choix de notre guide et à préférer celui qui est le plus sûr et le plus agréable. Et, à cet égard, j'ose recommander la philosophie et n'aurai aucun scrupule à lui donner la préférence sur la superstition de tout genre et de tout nom. En effet, puisque la superstition naît naturellement et facilement des opinions humaines populaires, elle s'empare plus fermement de l'esprit et elle a souvent la force de nous troubler dans la conduite de notre vie et de nos actions. La philosophie, au contraire, si elle est juste, ne peut nous offrir que des sentiments doux et mesurés ; si elle est fausse et extravagante, ses opinions sont uniquement les objets d'une spéculation froide et générale et elles vont rarement aussi loin pour interrompre le cours de nos tendances naturelles. . . En général, les erreurs de religion sont dangereuses, les erreurs philosophiques sont seulement ridicules »

 

David Hume, Traité de la nature humaine (1740), Tome I, pp 364-365


Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • Hansen- love  over-blog
  • : Professeur de philosophie, à IPESUP. Directrice de collection chez Belin et chez Hatier.Co-auteur de : Philosophie,anthologie (Belin) et Philosophie de A à Z (Hatier). Auteur de : "Cours particulier de philosophie" et "La philosophie comme un roman" (Hermann)
  • Contact

Recherche