Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:31

Je me trouve en contradiction avec le point de vue et l'argumentation de Rony Brauman dans son article de ce soir, dans lequel il revendique le droit de ne pas être Charlie... 

 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/15/ce-qu-il-y-a-de-non-charlie-en-moi_4557224_3232.html

 Il s'en prend à la loi Gayssot, et il soutient avec raison "qu'en pénalisant la mise en doute et même l'irrévérence à l'égard de la Shoah, on réintroduit le délit de blasphème" .. pourtant "les contours de l'intolérable, loin d'être un absolu, varient selon les leiux etles moments".

Soit.

Est-ce à dire qu'en république la liberté de s'exprimer doit être absolue? Illimitée?

Certainement pas; cela signifie que nosu avons aussi notre "sacré" (non négociable) et que certaines paroles sont délictueuses. Lesquelles? Cela fait et continuera de faire l'objet d'un débat, cela change tout le temps. En gros, il s'agit des paroles dangereuses ou  offensantes à l'égard  des personnes, telles que le racisme, la négation des cirmes de l'humanité... etc... 
En revanche, selon notre conception des droits humains, la critique des idées et des idéologies n'est pas en soi une atteinte aux personnes, pas en tant que telle en tout cas. Bref, pour nous,  les religions sont des systèmes idéologiques, et elles ne peuvent constituer le sacré puiqu'elles sont plurielles.  Il est même permis d'être agnostique.

 Bref, nous ne pouvons dire que "toutes les doctrines se valent" et que l'intolérable est sujet à des interprétations contradictoires. En république, c'est la loi positive (expression de la "volonté générale" et révisable) qui fixe ce qui est intolérable, ce n'est pas le sentiment de chacun. Il y a des limites à ne pas franchir, la preuve: Charlie Hebdo a été condamné plusieurs  fois pour des propes jugés outrageants.

 Je disais donc dans mon article sur le blasphème

 

http://www.lepetitjournaldesprofs.com/ou-commence-ou-finit-le-blaspheme/

 , en une sorte de raccourci paradoxal, que nous avons notre "sacré" et donc nos "blasphèmes" (paroles portant atteintes au "sacré") mais ce ne sont pas les mêmes que ceux des religions du Livre. Et notre loi séculière   est la seule référence pertinente en la matière.

 

 


 

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • Hansen- love  over-blog
  • : Professeur de philosophie, à IPESUP. Directrice de collection chez Belin et chez Hatier.Co-auteur de : Philosophie,anthologie (Belin) et Philosophie de A à Z (Hatier). Auteur de : "Cours particulier de philosophie" et "La philosophie comme un roman" (Hermann)
  • Contact

Recherche