Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 17:30

robots-278549-jpg_166209.jpg

 

(La médaille, Lydie Salvaire)

 Deuxième allocution

 

 

 

Directeur des ressources humaines :

« Quelques agitateurs, dont les discours sont journellement répandus par la presse à sensation, prétendent en effet que la machine va à l’avenir se substituer à l’homme.  Nous nous élevons énergiquement contre ces infectes médisances. Non, non et non ! L’homme est en tout point supérieur à la machine ! Nous vous l’affirmons.

Nous avons réfléchi avec discernement et objectivité sur les avantages et désavantages respectifs de l'homme et de la machine.

Toutes choses considérées, il en ressort que l'homme est beaucoup moins coûteux que la machine.

 En outre, il est adaptable et infiniment perfectible, car muni d’une conscience, c’est toute la différence. Avez-vous déjà vu une machine bourrelée de remords et s’acharnant à mieux faire ? Avez-vous déjà vu une machine mordue par le venin de l'ambition décupler d’elle-même sa propre énergie ? Laissez-moi rire !

L’homme est ductible , maniable  et je dirais extrêmement sophistiqué, infiniment plus sophistiqué que la machine, tout en restant d'un usage fort simple.

À l’instar de la machine, carnivore et tue  froidement quand la nécessité l’exige.

 d’une manière générale, il se détériore beaucoup plus lentement que celle-ci. Rares sont les machines qui fonctionnent plus de 40 ans sans nécessité des travaux onéreux..."

 

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Anthony LC 10/12/2014 20:15


Ce n'est pas loin de la réalité, mais dans ce cas la comparaison avec la machine n'est pas nécessaire :p.

Anthony LC 10/12/2014 11:05


Affreux discrours, d'un type qui n'a rien compris, qui utilise les termes de management "maniable" et "ductible" : bref manipulable... L'appréciation s'arrête là.

laurence hansen-love 10/12/2014 17:29



c'est un texte humoristique...de Lydie Salvayre, prix Goncourt cette année