Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 23:56

"Montesquieu dit que la démocratie ne peut aller sans la vertu.
Pourquoi? Parce qu'il y a en elle une fragilité essentielle. Fondée sur la loi du nombre, elle peut donc, en suivant sa pente naturelle, dégénérer en loi du plus fort, c'est-à-dire, finalement, en loi de la jungle. C'est pourquoi la règle de la majorité doit s'éccompagner de garanties pour les minorités. Et d'une extrême retenue dans l'exercice du pouvoir:il y faut, dit l'auteur de L'esprit des lois "la préférence continuelle de l'esprit public au sien propre'. Voilà pourquoi des partis  qui ,selon la constitution, "concourent à l'expression du suffrage", mais qui, dans la pratique, sont le théâtre des ambitions personnelles, deviennent naturellement des ennemis de la démocratie..." "Ce qui se passe à l'UMP en est une illustration.."  " D'une façon générale, les électeurs français ne sont pas assez sévères avec les tricheurs". Jacques Julliard, Les forcenés, Marianne du 1 au 7 décembre 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

m Friedman 10/12/2012 20:21


Eh oui, le pouvoir est le moteur en politique, pour certains c'est un problème, mais c'est pourtant la compétition entre les hommes politiques depuis longtemps qui a permis l'innovation, la
création de nouveaux courants, la recherche de concepts nouveaux.
Cela leur permet de proposer un certain choix d'idées, des partis différents avec des corpsus idéologiques différents dans l'espoir lorsque vient l'heure du choix avec les élections de remporter
les suffrages et d'imposer ses réseaux dans diverses administrations et convoiter d'autres institutions prestigieuses.

Cela force les politiques à toujours chercher des idées neuves pour séduire l'électeur. Ensuite, le problème de certaines personnes, c'est l'ambition personnelle mais malheureusement pour
celles-ci, il vaut mieux que la lutte pour le pouvoir occasionne quelques désagréments plutôt qu'on ne trouve que quelques personnes plus ou moins talentueuses pour assurer l'interim fautes
d'avoir su garder des talents qui seront parti chercher la gloire dans le privé.

j f cordroc'h 07/12/2012 08:54


La préférence de l'esprit public au sien propre n'est possible que lorsque l'individu est préalablement parvenu à posséder en lui ,une confiance , une entièreté , une autonomie intellectuelle
,etc ...lui permettant de ne plus éprouver le besoin de se procurer tout ce qui lui manque intérieurement,  par la nécessité du recours à des substituts ,qui est à l'origine d'ambitions
personnelles , d'égoismes etc ... Or ,toute la culture et plus généralement notre civilisation , est fondée sur ce manque et la nécessité individuelle de le combler . Et c'est la compétition
entre les individus à la recherche des mêmes substituts, qui génère tant de dysfonctionnements dans un système apparu de lui-même suite au regroupement de ces individus cherchant à s'exploiter
les uns et les autres à des fins personnelles . Il n'y a jamais eu comme origine de nos sociétés,  la volonté ou l'envie , ou le désir , de partager et d'échanger ce que l'on possèderait en
trop en soi ,à savoir l'amour de la vie . Tout est donc faussé dès le départ , et tout consiste donc à se cacher cette réalité par de continuels espoirs et promesses de la possibilité d'un monde
meilleur , dans la soumission des individus à des  des idéologies élaborées par des personnes à la recherche de pouvoir , de notoriété etc .... Le cercle est bouclé à l'intérieur duquel tout
le monde ne fait que tourner en rond avec des casques intégraux sur la tête .