Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 10:21

Kant.pngMais où trouvera-t-il ce maître?

 

"L'homme est un animal qui, lorsqu'il vit parmi d'autres membres de son espèce, a besoin d'un maître. Car il abuse à coup sûr de sa liberté à l'égard de ses semblables; et quoiqu'en tant que créature raisonnable il souhaite une loi qui pose les limites de la liberté de tous, son inclination animale égoïste l'entraîne cependant à faire exception pour lui-même quand il le peut. Il lui faut donc un maître pour briser sa volonté particulière, et le forcer à obéir à une volonté universellement valable; par là chacun peut être libre. Mais où prendra-t-il ce maître? Nulle part ailleurs que dans l'espèce humaine. Or ce sera lui aussi un animal qui a besoin d'un maître. De quelque façon qu'on s'y prenne, on ne voit pas comment, pour établir la justice publique, il pourrait se trouver un chef qui soit lui-même juste, et cela qu'il le cherche dans une personne unique ou dans un groupe composé d'un certain nombre de personnes choisies à cet effet. Car chacune d'entre elles abusera toujours de sa liberté si elle n'a personne, au-dessus d'elle, qui exerce un pouvoir d'après les lois. Or le chef suprême doit être juste en lui-même et pourtant être un homme. Cette tâche est donc bien la plus difficile de toutes et même sa solution parfaite est impossible: dans un bois aussi courbe que celui dont est fait l'homme, on ne peut rien tailler de tout à fait droit". Emmanuel Kant  

 Idée d’une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique… Proposition six

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

karskijan 10/04/2013 16:53


La philo… lointain souvenir d’un étudiant
plus bouleversé  par ses hormones  que par la métaphysique de Kant.


 Je veux bien faire mienne cette phrase
de Cioran :   « À quoi bon fréquenter Platon,  quand un saxophone peut aussi  bien nous faire entrevoir autre  monde » aujourd’hui  je pourrais dire à quoi bon fréquenter les philosophes quand  les jupes de filles peuvent aussi bien nous faire entrevoir autre  monde.


Bénis soit ces penseurs qui veulent
 rien nous apprendre, ou  ceux qui usent du discours fabuleux ou de la parabole  pour nous ouvrir l’esprit : le mythe dans lequel le modeste plébéien que je suis ne voit ni maître,
ni croyance collective principale ( ? une sorte Zoroastre kolkhozien).


Des animaux, seul le chien « à avoir
fréquenté l’homme de trop prés » a  un maître.  Avoir placé sciemment  l’homme dans le règne animal  s’est vouloir  démontrer qu’il ne peut se gouverner seul.



Par la même,  la nécessité qu’il le fut
par un maître, lui-même  gouverner par un maître suprême, un double- maître en quelque sorte. Qu’il faille briser sa volonté particulière pour le forcer à obéir à une volonté universelle…. c’est faire peu de cas de l’humanité,  pour être libre il faudrait
être  servile. La  désobéissance est parfois un premier acte de liberté.


 On
peut comprendre  alors aisément les dérives d’interprétations d’un tel discours.


Si l’homme est courbe, tant mieux et méfions
nous de ceux qui voudraient régir notre vie afin de la faire plus droite.


En conclusion je vous conseille un bon Stan
Getz ou tout autre musicien qu’il sied à vos oreilles…..

Thibaut 05/04/2013 21:07


Merci à vous .

Thibaut 03/04/2013 20:21


Bonjour . 


Kant parle de révolution copernicienne, pourriez-vous m'expliquer (vaguement) ce que c'est concrétement ?Et pourqoi, y a t-il une réérence à copernic ?


Si vous pourriez m'éclairer .


ps: je partage l'avis de "Brice" ...

laurence hansen-love 05/04/2013 09:55



 


 


 Ici les explications...


 


http://www.hansen-love.com/article-5325121.html



Brice 03/04/2013 18:04


Votre blog est très intéressant je trouve et aborde tout un tas de sujets qui incitent à réfléchir, et surtout réfléchir autrement !

laurence hansen-love 05/04/2013 09:50



merci Brice!



thomas 03/04/2013 13:40


Sans issue. Alors ce qu'il se passe, c'est que le maître est le mythe, la croyance collective principale.  


Celui qui a du pouvoir saura utiliser à son profit ce mythe tout en continuant ses petites affaires personnelles. (Exemple : la petite allocution de Hollande , mercredi midi : juste une
posture qui prend à témoin cette foi dans des valeurs, mais toujours pas d'action véritable sur les causes.)


La "plèbe", crédule, aura besoin de croire dans ll'obéissance de son maître au mythe. D'où l'importance extrême de l'image. Sinon, comme le dit Kant, que ne fera-t-elle pas ... (un peu
d'ironie bien sûr)