Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 17:34

Partager cet article

Published by laurence hansen-love
commenter cet article

commentaires

Dr Hansen 01/02/2015 19:10


C'est interessant, lui aussi evoque un "romantisme", il dit "C’est une bataille romantique et mystique pour Allah qui
rappelle les croisades".


Nous avoins dejà evoqué cette hypothese.


je pense à la fascination morbide contenue dans
le romantisme original, pas celle de la vision "fleur bleue" des annees 70.


plutot celle d'un Juline Sorel ou des
anarchistes de la fin du XIXeme 


cette fascination de thanatos et de sentiment
de vacuité interne, d'absence de but que l'on retrouver, me semble t'il, dans le mouvement punk avec "No Future".


 


dans le cas present, il me semble - mais c'est
une intuition - que ce romantisme "morbide" se combine avec une perception "Post Moderne" qui autorise la reecriture d'un mythe fondateur hypersympliste d'une "tribu" construite sur un fond
minimaliste "nihiliste".


Il s'ensuit pour les zelateur un semtiment de
toute puissance - il est bien plus facile de detruire (prinicpe de Thanatos) que de construire (principe d'Eros) - d'appartenance et d'accomplissment qui transcende tout et notamment toutes les
limites sociales.


l'allegence à un enseignement de type esotherique
(basé sur la revelation) et non hypothetico-deductif (basé sur la critique) et l'adoption de comportement ritualisés apporte une simplification trompeuse, faussement rassurante, de l'entendement
du monde.


c'est toute la force de ce mouvement qui devoie
subtilement l'islam - à mon avi - pour asseoir son emprise sur ses proies pour le seul profit de ses leaders.


il est interessant de noter que dans l'empire ottoman, des mouvement violents, comme DAESH, etaient monaies courantes, et aue dès qu'il ateignaient leur extension maximale leur dynastes
autoproclamés reintegraient le rang des potentats locaux et pretaient allegence au sultant de la sublime porte en plui payant un impot reparatoire.