Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 11:15

de-la-liberte-.jpg 

« La liberté de l'individu doit être contenue dans cette limite : il ne doit pas nuire à autrui.  Et dès lors qu’il s'abstient d’importuner les autres et qu'il se contente d’agir suivant son inclination et son jugement dans ce qui ne concerne que lui, les mêmes raisons qui montrent que l’opinion doit être libre  prouvent également qu’on devrait pouvoir, sans vexation, mettre son opinion en pratique à ses propres dépens. Que les hommes ne soient pas infaillibles, que ses vérités ne soient, pour la plupart, que des demi-vérités,  que l'unité d’opinion ne soit pas souhaitable si elle ne résulte pas de la comparaison la plus libre et la plus totale des opinions contraires, et enfin que la diversité d’opinions ne soit pas un mal mais un bien tant que l'humanité n’est pas mieux à même de reconnaître toutes les facettes de la vérité : voilà des  principes applicables tant à la manière d’agir des hommes qu’à leurs opinions. De même qu'il est utile, tant que l’humanité est imparfaite, qu’il y ait des opinions différentes, il est bon qu’il y ait différentes façons de vivre et que toute  latitude  soient donnée aux divers caractères  tant qu’ils ne nuisent pas aux autres, et qu'il est donné à chacun d'éprouver la valeur des différents genres de vie. Bref, il est souhaitable que l’individualité puisse s’affirmer dans tout ce qui ne touche pas directement les autres. Si ce n’est pas le caractère propre de la personne, mais les traditions et les mœurs des autres qui dictent les règles de conduite, c’est qu'il manque l’un  des principaux ingrédients du bonheur humain, et en tout cas l’ingrédient le plus essentiel du progrès individuel ou social ».  John Stuart Mill, De la liberté,  1859, traduction Laurence Lenglet, folio essais, page 146-147.

 

 « Celui qui laisse le monde, ou du moins son entourage, tracé pour lui le plan de sa vie, n’a besoin que de la faculté d’imitation des singes.Celui qui choisit lui-même sa façon de vivre utilise toutes ses facultés : l'observation pour voir, le raisonnement et le jugement pour prévoir, l’activité pour recueillir les matériaux en vue d’une décision, le discernement pour décider et, quand il a décidé, à faire voter la maîtrise de soi pour s’en tenir à sa décision délibérée ». page 150

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires