Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 19:05

(homos et cathos, comment ils vivent le paradoxe)

 

Pour l'Eglise: "les actes homosexuels sont des péchés graves, intrinsèquement immoraux et contraires à la loi naturelle"


 Si quelqu'un sur ce blog est d'accord avec cela, j'aimerais bien qu'il me l'explique. Pourquoi "immoral"? En quoi immoral?
 Depuis Freud, il est difficile d'ignorer que l'homosexualité est ni plus ni moins "naturelle" que l'hétérosexualité. Et puis surtout, depuis quand les prescripitons de l'Eglise sont -elles fondées sur la nature?
 Le mariage, par exemple? c'est naturel? La fidélité, c'est naturel?

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/03/homos-et-cathos-comment-ils-vivent-le-paradoxe_1785184_3224.html

 

 

http://www.hansen-love.com/article-l-homophobie-en-amerique-67313031.htmlhomo.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

j f cordroc'h 16/11/2012 09:31


Oui ,vous avez raison , les mots"faire l'amour avec sa mère" sont innapropriés , disons avoir l'excusivité du plaisir éprouvé à son contact .Freud parle  de libido , de l'énergie sexuelle et
ses pulsions , et c'est avec cela que je ne suis pas d'accord , estimant que chez l'enfant de 0 à disons 11 ans ,ce qui est recherché dans la relation avec sa mère, est l'assurance de l'amour
qu'elle éprouve pour lui . Et pour cela , il a recours à toute une panoplie comportementale .

j f cordroc'h 15/11/2012 13:40


Qu'il n'y ait pas de malentendus ,le complexe d'oedipe existe dans toute société patriarcale parcequ'il y a été introduit culturellement . Son origine n'est donc pas selon moi ,naturelle , ni
sexuelle ,mais éducative . Il est du au rôle d'autorité que la culture fait jouer au père , à la répression qu'il exerce de certains désirs et besoins de ses enfants et plus particulièrement
lorsque se sont des mâles .


Les désirs et besoins en question des enfants mâles n'ont rien à voir avec l'envie de faire l'amour avec la mère qui feraient d'eux des rivaux du père . Il sagit tout simplement de l'envie de se
mesurer aux adultes , de les imiter et de parvenir à les égaler dans certaines activités , ce qui risque de faire perdre aux pères leur statut , leur prestige etc ...Et lorsque le enfants sont
encore au sein de leurs mères , le père se voit privé de certaines de ses prérogatives , se voit relégué derrière la priorité accordée aux petits et devient encore plus frustré qu'il ne l'a
toujours été .Il n'a donc qu'une envie , séparé l'enfant de sa mère le plus tôt possible en exerçant l'autorité que lui accorde pour cela la culture patriarcale .Dans de telles conditions il
apparaît évident que tout enfant mâle ne peut éprouver que de la haine envers le père et vouloir sa mort , inconsciemment bien entendu . Enlever le père et les pleins pouvoirs qu'il exerce sur sa
femme et ses enfants ,  le complexe d'oedipe disparaît et apparaît alors une toute autre manière de vivre et de penser, j'en ai fait l'expérience , je pense donc savoir de quoi je parle , et
comme vous le savez Laurence , j'ai trois filles et n'ai jamais exercer sur elles le moindre abus de pouvoir ,ni la moindre séduction , et il n'y a jamais eu le moindre comportement ambigu de
leur part envers moi .


En résumé , le complexe d'oedipe est une invention culturelle de l'homme au même titre que les dieux et héros de la mythologie , qui ne sont que des projections du désir de puissance du sexe
masculin, dont la finalité est de masquer sa réelle impuissance face aux forces de la nature et l'angoisse que cela génère en lui .


Les religions monotheistes se sont beaucoup inspirées de la mythologie pour élaborer leurs idéologies , il est très facile d'établir des liens entre elles . Un de ces liens  a donné le
complexe d'oedipe , pilier de notre civilisation .

laurence hansen-love 15/11/2012 21:21



Freud a changé le sens du mot sexualité. Le plaisir " sexuel" chez l'enfant, cela n'a rien à voir avec "faire l'amour avec sa mère".
 Il parle des plaisirs liés avec des zones érogènes indépendantes de la procréation.
 Vous avez vu Intouchables? Le personnage hémiplégique parle du plaisir sexuel lié.. à es oreilles.



Tom 14/11/2012 05:13


Oui ma phrase était mal construite, je voulais dire que la psychanalyse s'est voulue une science...
Toujours est il que je continue de penser que considérer "le complexe d'Oedipe" comme universel c'est assez tordu! Je ne dis pas qu'il n'y a pas des schémas qui se répètent différement mais ça
n'est pas la même chose. Mettre au centre de tout le compexe d'oedipe ça n'a pas de sens à mes yeux...
Tout ouvrage qui se construit sur ce principe doit donc être ou relativisé, ou remis en cause...

laurence hansen-love 14/11/2012 21:08



ah bon, ca par exemple! on en reparlera quand vous aurez une fille...



Tom 13/11/2012 02:52


Cordroch' n'a pas complétement tort. Si je ne renie pas en bloc l'oeuvre de Freud il est certain que sa critique est toujours fertile et parfois amplement justifiée. Lui même d'ailleurs avait
laissé son oeuvre sujette à ré-édition après sa mort, son travail étant destiné à évoluer selon les découvertes de ses successeurs. Ce qui n'a pas empêché le bonhomme, au passage, d'écraser toute
contestation de son vivant (en excluant tous ceux qui mettaient à mal ses théories ou lui faisaient de l'ombre).

Une constation d'abord qui est selon moi inévitable : l'oeuvre de Freud est celle d'un homme, mâle, européen et conservateur (j'ajouterais, non pas "obsédé" de façon générale comme on le fait
souvent, mais avec "des obsessions). Pensez que le modèle européen est la norme sur laquelle dévelloper des théories est une grossière erreure. Comme le dit Cordroch il n'y a pas une société primitive mais des sociétés (dont le caractère primitif est questionnable).
On sait qu'un peu partout dans le monde des modèles différents existent où l'orientation sexuelle et l'identité sexuelle ne sont pas définis de la même façon. Ou un enfant mâle peut avoir une âme
de femme (inuit) ou un homme peut épouser un homme ou un homme-femme (là les exemples sont si nombreux...). Que des femmes ont eu des postes à responsabilité voire ont dominés certains types de
société. Il faut surtout comprendre que l'exception "européenne" ne s'explique que par la domination Romaine, poursuivie et parachevée par l'église catholique (qui a profité des conquêtes
romaines pour imposer sa vision de la société), créant un faux-semblant d'unité patriarcale et genrée. Si je ne souscrit pas au néo-paganisme dont Cordroch' fait parfois peur je le rejoins au
moins sur cela.
Comment penser que ces différences ne remettent pas en cause un modèle qui s'est construit sur la famille tel qu'elle existait en Europe
au Dix-Neuvième Siècle (et nulle part ailleurs et nul part depuis)?

Il y a bien d'autres reproches que l'on peut faire au freudisme et particulièrement à Freud lui même (notamment la tendance lourde de ce dernier à diagnostiquer une hystérie à toutes les femmes
qu'il psychanalyse dont je ne comprend pas qu'elle ne vous fasse pas tiquer) mais je m'arrête là pour ce soir.

La Psychanalyse est suffisament solide pour ne pas être remise en cause dans son but (de comprendre l'esprit humain et ses névroses, encore que là aussi Freud cherche à conserver l'ordre établi
ce qui n'est pas forcément un but enviable pour tous) et dans l'ensemble de ses méthodes. Mais comme toute science, autoproclamée ou non, elle ne peut prétendre à ce titre si elle vire au culte
et si son contenu est intouchable. J'avais déjà remarqué cette attitude quand Onfray défrayait les chroniques...

laurence hansen-love 13/11/2012 17:29


d'abord ce n'est pas une science, ensuite si quelque a bien compris la bi-sexualité c'est bien Freud. Ensuite ma référence sur ce thème de la sexualité infantile n'est pas seulement Freud mais
surtout Melanie Klein


j f cordroc'h 07/11/2012 19:57


Je vais visionner ce film et je vous ferai part des réflexions qu'il m'aura inspiré . J'ai été un défenseur de la psychanalyse durant quelques années , puis au fil du développement de ma pensée
,je me suis plus interessé aux sciences humaines qui m'ont permis de prendre du recul par rapport à celle-ci .