Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 14:14

 

cotillons.png

 

Pourquoi ne peut -on avouer sans HONTE que l'on ne réveillonne pas?

 Je me demande ce qu'en penseraient Spinoza, Netzsche ou Schopenhauer...

 

 

http://www.huffingtonpost.fr/marlene-schiappa-bruguiere/boycotter-le-reveillon-du-nouvel-an_b_2368961.html?utm_hp_ref=france

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

thomas 03/01/2013 09:30


Bien des mots sont nos maîtres. Les mots ont une dimension et une vocation collectives ainsi qu'une certaine valeur, la valeur que leur donnent la culture et l'époque. Cette dimension collective
est valorisée. On rend un culte aux mots, et on se croit autorisé à parler au nom de ce culte.  Et on sert ce culte pour être reconnu.(si le mot réveillon n'existait pas chacun ferait ce
qu'il veut dans son coin sans ennuyer les autres)


Vous connaissez la chanson de Brassens : "la mauvaise réputation" où il dédaigne certains cultes. On pourrait ajouter d'innombrables couplets. Par exemple avec des mots comme : famille, comme
citoyenneté, comme tiens écologie, des expressions comme "et vous que faites-vous dans la vie ?" .


Celui qui parle au nom du culte est sûr de lui, il montre son adhésion et son amour du mot. Pire que Brassens, sa réaction serait terrible si on répétait une phrase comme "vous avez passé un bon
réveillon" en tournant en dérision le ton employé. (gngngngnann)


Mais tant que certains concepts sont nos maîtres, nous tremblons devant eux.