Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 18:43

depuis 1791 en fait...

En fait la notion n'a pas de sens dans un régime laïc!

 Lire Libé ce matin et le Monde aussi:

 

"Les religions sont des systèmes de pensée et de croyance respectables, mais qui peuvent être librement analysés, critqués, voire tournés en ridicule"

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2012/09/19/integrisme-faut-il-verser-de-l-huile-sur-le-feu_1762292_3208.html

 

 

http://www.hansen-love.com/article-aux-blasphemateurs-trices-la-patrie-reconnaissante-109259409.html

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Stambouliote 21/09/2012 16:22


C'est une atteinte a la liberté de chaque musulman que de publié des caricatures concernant le Prophete (s.a.w). et si on insultait votre mère? c'est de la liberté d'expression? pourrais-je dire
!
critiquer un juif, et à peine devient on un antisemite! critiquons un noir et on deviens raciste, mais quand on critique les musulmans c'est donc la liberté d'expression? arretez donc vos
betises, votre connerie humaine.
vous touchez la foi de quelqu'un, vous lui touchez son intimité, et ca s'est pas une atteinte a la liberté? art 9 du code civil "Chacun a droit au respect de sa vie privée" et art 8 de la
CEDH.
mesurez donc vos mots et surtout Jonas.
 Charlie Hebdo ne fait pas cette erreur la 1ere fois, et justement c'est doublement grave !
il met en peril la sécurité de ses concitoyens francais à l'étrangers.. et c'est digne d'un journal francias? honnetement je ne crois pas.
est ce qu'on a besoin de mettre de l'huile sur le feu avec le contexte actuel?
Charlie Hebdo remue le couteau dans la plaie et veut seulment se faire du chiffre en marchant sur la philosophie du "qu'on parle de nous, en bien ou en mal" quelle perversité !

laurence hansen-love 21/09/2012 20:49



si on insulte ma mère, ou si on m'insulte moi-même? je dis : ce sont des idiots ou des jaloux... alors, que m'importe!


"si on me frappe sur une joue, je tends l'autre joue"



bertfromsang 21/09/2012 00:26


la liberté d'expression souveraine, @mathilde... drapons-nous dedans, donc. et mettons-y le feu... ça fera de chouettes photographies, pour l'album de famille...

Jonas. 20/09/2012 14:41


Bonjour Laurence, 


Le blasphème fait partie de notre démocratie,aucune reculade ne doit être permise face à ces islamistes idiots. Un exemple de cette bétise:


Des salafistes appellent à boycotter la tomate, parce que coupée en deux apparait une Croix.


" Manger des tomates est interdit parce que les tomates sont chrétiennes. la tomate loue la Croix au lieu d'Allah et dit qu'Allah est trois ( référence à la Trinité. Je vous en conjure, faites
circuler cette photo ( je donne le site plus bas), car il y a une soeur de Palestine qui a vu le prophète d'Allah ( Mahomet) dans une vision. Il pleurait et mettait sa nation en garde contre le
fait de manger  des tomates".


http://oumma.com/13238/salafistes-appellent-à-boycotter-tomates

thomas 20/09/2012 08:35


Non seulement le blasphème n'existe pas, mais l'idée même de blasphème, le fait même d'utiliser ce mot, est une tentative liberticide. Car c'est celui qui porte le jugement (jugement de ce qui
est sacré) qui assigne, de son propre chef, des limites à la liberté d'expression des autres.

Mathilde 19/09/2012 22:33


certes, le blasphème n'a pas de sens dans un pays laïc. Mais là c'est plutôt une question de responsabilité. N'est ce pas dangereux, voire irresponsable dans un tel contexte d'ajouter de la haine
à la haine en publiant, sciemment, des caricatures qui risquent de provoquer des réactions violentes ? les journalistes de Charlie Hebdo le savent très bien, pour l'avoir déjà expérimenté. A t on
vraiment besoin d'importer un tel conflit chez nous ?


Se draper dans une liberté d'expression souveraine ne peut pas tout justifier dans un contexte aussi tendu. J'ai l'impression que Charlie Hebdo joue avec le feu et met en danger la
fraternité entre les citoyens.