Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 14:27

1) Notre humanité,  en effet,  ne peut être "clairement délimitée" mais on peut définir quelque chose sans l'enfermer pour autant  dans une "essence". "Définir" n'exclut pas les identités souples, ouvertes, fluides.

2) Il n'y a sans doute aucun "propre dont découle tous les autres". Mais ce n'est pas pour cela qu'il n'y a aucun propre de l'homme (il est vrai que l'homme n'est plus défini aujourd'hui comme homo sapiens, mais plutôt comme homo demens (Edgar Morin)

3) Etre existentialiste n'interdit pas d'être humaniste

 

4) Si  "la croyance que l'humanité formerait une communauté morale" (l'humanisme) est contestée.. C'est au profit de quelle proposition?  Celle-ci: "l'humanité est irrémédiablement divisée" (le conflit des civilisations, en somme?)

5) Les épistémolgues sont "continuistes" aujourd'hui. OK. Mais cela ne les empêche pas d'être humanistes (cf Georges Chapouthier, E. De Fontenay, Corine Pelluchon etc..)http://www.philomag.com/blogs/les-carnets-aleatoires-de-lhl/que-reste-t-il-du-propre-de-lhomme-0

 6) Il y a encore un ou des propres de l'homme. La liberté pour commencer. Ensuite la responsabilité, qui en découle.
L'homme est le seul être qui se sente responsable non seulement de lui-même, mais aussi des plus fragiles, des enfants, des sans-voix, des animaux sans raison, nos frères inférieurs.

 L'homme se sent (parfois) responsable de ce dont il n'est pas coupable. Alors il a honte... de ce que l'homme a fait à l'homme (ou aux bêtes).
Parfois  on  se suicide: voir le film  (sur)  Stefan Zweig:  Adieu  l'Europe.

Voir aussi  les derniers lignes du procès de Kafka "C'était comme si la honte allait lui survivre"

"K. avec le couteau déjà enfoncé dans le coeur, connaît la honte d'être un homme" '(Primo Levi, sur Kafka, post-face de sa nouvelle traduction)

La honte est le propre de l'homme. La pudeur aussi ( "Quand l'esprit rougit du corps")

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires