Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 17:17

Pourquoi la politique est en peine aujourd’hui

Pierre Hassner est directeur de recherche au CERI (Centre de recherche internationale de Sciences-po).

À l'heure où la mondialisation remet en question la cohérence de l’État national, où les conflits interétatiques cèdent le pas aux guerres civiles, au terrorisme et à la montée de la violence sociale, il se demande pourquoi les Modernes ont échoué à canaliser les passions par la raison.

Il relève que, de façon générale, c’est tout le problème du politique que de penser la coexistence possible entre citoyens, alliés ou adversaires, à l’intérieur d’un ordre global commun :

« Si tous les régimes connaissent une forme ou une autre de politique, la politique au sens plein du terme ne se déploie que dans une démocratie républicaine ou une république démocratique. Plus généralement, la vocation de la politique consiste dans l’effort pour concilier les contraires ou du moins pour gérer leur coexistence et limiter leurs conflits. Là où il y a unanimité comme là où il y a guerre de tous contre tous ou une collection d’unités isolées, il n’y a pas de politique. Celle-ci s’efforce, de manière toujours menacée et toujours recommencée, de concilier l’égalité en droits et en dignité avec l’inégalité des dons et des tâches, la liberté des individus et leur coexistence, leur rivalité et leur coopération, le privé et le public, le respect des règles communes et la résistance à l’arbitraire.

Le premier art du politique, c'est celui de la médiation, de l’arbitrage et de la synthèse. Si la politique est en peine, c'est parce que notre époque connaît, justement, une grande crise des médiations, et une prévalence des contradictions sans synthèse. Les forces que la politique essaie en principe de contrôler, de guider, d’organiser, ou de canaliser quand apprendre chacune leur vie propre, et soit à réduire la politique à la portion congrue, soit à la manipuler ou à la dissoudre. Cela rend plus difficile les tyrannies totalitaires mais, également, le dialogue démocratique.

(…)

Les figures classiques du grand législateur et de l’homme d'État s’estompent au profit d’acteurs politiques qui s'efforcent de manœuvrer au jour le jour entre échéances électorales et événements imprévus. Dès lors les fondements mêmes de la politique sont mis en question ».

Pierre Hassner, La revanche des passions. Métamorphoses de la violence et crises du politique, pp 334-335, Fayard, 2015

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans IEP
commenter cet article

commentaires

golbrev 28/01/2016 18:26

Je suis d'accord à 75 % avec cordroch
Et je donne 3/20 à Laurence. Cette dernière a fait un "excellent" travail certainement bien noté à l'iep.
Problème, la France n'est pas et n'a jamais été une démocratie !!!
Je suppose que le Contrat social de JJ Rousseau ou De la servitude volontaire d'Étienne de la Boetie ne font pas partie du programme.

Cordroc'h jf 13/01/2016 10:07

Ce ne sont pas les leaders politiques qui font qu'une démocratie peut être ,mais le peuple , c'est à dire ,des individus -citoyens , à la condition qu'ils soient dotés d'une conscience individuelle .
Or les conditions pour qu'une telle conscience apparaisse au sein de nos systèmes socio-économiques ne sont absolument pas réunies , je dirai même que tout est fait afin qu'elle ne puisse voir le jour .
C'est donc toute notre manière de penser , et d'éduquer nos enfants qu'il faut revoir , toute la relation que nos entretenons depuis plus de deux milles ans avec la nature, et plus généralement l'ensemble du monde du vivant,fondée sur la rationalité la volonté de contrôle et de domination de l'aléatoire du processus du vivant .
Cette volonté de contrôle et de domination passe en premier lie par le contrôle et la maîtrise des émotions et ce dès le plus jeune age .Autrement dit ,on veut empêcher les émotions de jouer leur rôle dans l'acquisition et le développement de le conscience individuelle ,en les empêchant de remplir l'individu d'une réalité propre ,par imprégnation émotionnelle de la réalité extérieure qui se fait selon les expériences vécues .
La volonté humaine est utilisée comme une arme contre le processus du vivant , dont l'aléatoire , le mouvement permanent des différentes forces , en apparence irrationnel, désordonné ,etc ...parce que trop complexe pour la pensée humaine ,sont les garants des émotions les plus profondes et diverses ,nécessaires à l'acquisition d'une conscience individuelle et universelle ..

Ce sont les émotions qui permettent aux liens fondamentaux entre l'Homme et la Nature de s'établir ,et sans lesquels toutes sciences et connaissances seront mal utilisées .Et les premières émotions sont celles éprouvées dans le ventre e la mère , puis dans la relation mère -enfant dès la naissance .C'est la teneur de ces émotions qu seront ensuite transférées et projetées sur la réalité extérieure ,et qui par conséquent conséquent ,conditionneront la teneur de la relation avec le monde q'entretiendra inconsciemment l'individu .

Le cadre familial dans lequel naît et grandit l'individu est donc absolument capital pour l'acquisition de la conscience individuelle ,ainsi que l'environnement socio-écologique au sein duquel il évolue .