Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 13:48

« Incapable de prendre la religion au sérieux, la gauche ne peut pas comprendre ce qui se passe actuellement » Jean Birnbaum dans le Monde du 24-25 janvier (« La foi, personne n’y croit »: titre bizarre qui veut dire que l’on ne prend pas les motifs religieux au sérieux).

 

Ceci fait écho à ce que nous disions, Catfish et moi, dans notre livre, Charlie, l’onde de choc, chapitre « Si Dieu est mort ».

 Pour ce qui me concerne, je cite Rémi Brague : « Pas d’humanisme sans religion »  et aussi Tocqueville, (voir le texte ci dessous ). La démocratie suscite (ou bien repose sur) un individualisme dévastateur et un matérialisme asséchant, elle oublie l’appétit de communauté et de spiritualité que tous les hommes ont en partage…

C’est ainsi que Arendt explique les totalitarismes du XX siècle: l’individualisme de l’homme moderne a pour corrélat l’anomie voire, au pire, la désolation (la « perte du monde »). Pour beaucoup de gens, ce n’est pas vivable. L’ individualisme se retourne alors en son contraire, une demande éperdue de fraternité et d’espérance… (« Pour devenir « frères », il faut être « frères » en » écrit Régis Debray.

Le djihadisme islamiste n’est pas un mouvement absurde, irrationnel, ce serait au contraire l’option d’une logique hyper rationnelle, une recherche de cohérence extrême, un « jusqu’au-boutisme de la vérité » (Birnbaum).

« En constituant l’homme dans son rapport au monde, la religion contribue à constituer son monde tout court (Birnbaum). « L’Islam apparaît désormais comme la seule puissance spirituelle dont l’universalisme surclasse l’internationalisme de la gauche sociale et défie l’hégémonie du capitalisme mondial » (Birnbaum).

 

Alain Finkielkraut évoquait il y a 20 ans dans un numéro du Messager européen consacré à Tocqueville l’ anxiété de l’homme moderne liée -notamment - au désenchantement du monde

« L’individu est à la fois exaucé et accablé par sa nouvelle situation ontologique »… « Il se sent léger mais il a le coeur lourd, il est affranchi mais il est orphelin. Dieu lui manque »

« L’homme indépendant est habité par la passion mortelle de l’appartenance » (Le goût perdu de la liberté, Le Messager européen, N° 8)

Claude Lefort partage aussi cette approche : « Le totalitarisme dérive d’un effroi et d’une répugnance devant le phénomène de la dissolution des repères derniers de la certitude dans la société moderne » ( in Esprit, février 1995, p 21)

 

 

http://www.marianne.net/gauche-face-au-djihadisme-ce-vent-salubre-100239687.html

 

 

 

 

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Cordroc'h jf 26/01/2016 12:22

Tout cela rejoint directement ce que dis au sujet de la perte par l'Homme des liens fondamentaux qui le reliaient à la nature .C'est depuis cette perte qu'il invente toute sorte d'idéologies visant à combler le vide , la perte de repères , à proposer d'autres mondes etc ...

Le problème est que l'Homme à un besoin absolu de substituts idéologiques ,et que dès qu'il vient à en manquer ,il se retrouve donc face à son vide intérieur . Alors apparaît le recours aux extrèmes
Mais qu'apporte à l'individu le fait de posséder ces liens fondamentaux avec la nature , qu'aucune idéologie et qu'aucun autre substitut ne peut remplacer e manière aussi efficace et durable ? Sensibilité et émotivité , les deux choses que l'Homme veut absolument soumettre à la discipline et à l'autorité de sa pensée rationnelle ,ce dès la naissance de l'individu, au lieu d'en acquérir progressivement le contrôle et la maîtrise par l'expérimentation directe , par la confrontation avec la réalité .

L'Homme compense son vide intérieur ,en remplissant le monde extérieur d'objets , de machines etc ...qu'il doit fabriquer à partir de matière q'il prélève dans le ventre de la planète .Pure folie au service de laquelle sont la rationalité et la volonté humaines .