Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 13:22
Croire et douter (l'homme n'est pas bon, suite)

 

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » (Mathieu, 27, 46)

 

Il y a au sein même du texte chrétien originel une dimension d’inquiétude, d’angoisse, de déréliction, dont l’un des représentants les plus notoires, dans la philosophie, avant même Kierkegaard, est Pascal.

 

On trouve déjà dans l’Évangile ces propos cités et repris par le philosophe Kant dans La religion dans les limites de la simple raison :

 

« Je crois , mon Dieu, vient en aide à mon incrédulité » (Marc, 9, 24)

 

Pascal, pour sa part, s’étonne du fait que l’homme soit mauvais : « La composition du cœur de l’homme est mauvaise dès son enfance », Pascal B.446 et aussi : « Que le cœur de l’homme est creux et plein d’ordures »

« Ils aiment mieux la mort que la paix, les autres aiment mieux la mort que la guerre.

Toute opinion peut être préférable à la vie dont l’amour paraît si fort et si naturel » (B. 156)

Comment admettre qu'un Dieu bon et tout-puissant ait créé l’homme (mauvais) quoique à son image ? Réponse de Pascal : « Nous sommes si contraires à cet amour de Dieu, et il est si nécessaire, qu’il faut que nous ne naissions coupables, où Dieu serait injuste » (B.489). C’est la thèse du péché originel, qui disculpe Dieu.

 

 

On trouve une illustration de cette thèse chez Malebranche quand il dit que les animaux ne peuvent pas souffrir puisqu’ils n’ont pas commis le péché originel. S’ils souffraient Dieu serait injuste. Donc ils ne souffrent pas : le raisonnement est imparable.

 

Pour en revenir à Pascal, pourquoi s’étonne-t -il du mutisme de Dieu ? « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie » écrit-il.

 

Où je veux en venir?

A ceci : la révolution de la philosophie des Lumières (« Ose savoir », mais commence par douter) est déjà en germe dans le désenchantement du monde (Dieu qui s’éloigne, qui se retire, voire Dieu absent ou muet) qui prend sa source dans la doctrine chrétienne elle-même.

Croire, ce n’est pas savoir, c’est admettre que l’on ne sait pas, ce n’est pas être certain, bien au contraire, c’est (aussi) douter.

Croire et douter..

Descartes « La foi qui porte sur les choses obscures, est un acte non de l’intelligence, mais de la volonté »

Et aussi Alain : penser n’est pas croire, croire n’est pas penser.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • Hansen- love  over-blog
  • : Professeur de philosophie, à IPESUP. Directrice de collection chez Belin et chez Hatier.Co-auteur de : Philosophie,anthologie (Belin) et Philosophie de A à Z (Hatier). Auteur de : "Cours particulier de philosophie" et "La philosophie comme un roman" (Hermann)
  • Contact

Recherche