Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 16:12

 

« Beaucoup se sont imaginés des républiques et des principautés que jamais on n'a véritablement vues ni connues, car il y a un tel écart entre la façon dont on vit et celle dont on devrait vivre, que celui qui délaisse ce qui se fait pour ce qui se devrait faire apprend plutôt à se perdre qu'à se sauver » Le Prince, Chapitre 15

 

Ecrits en 1513, ces mots de Machiavel signent l'entrée de la politique dans la modernité. La philosophie politique, qui se donnait pour tâche de penser les principes de la cité bien administrée cède la place à la pensée politique qui décrypte les objectifs et les méthodes de la politique effective. Machiavel stigmatise les philosophes et les écrivains « humanistes » pour lesquels la politique relève de la fiction. Les uns, comme Platon ou Aristote, se demandent comment doit être conçue la cité juste ( ou la « république ») qui ne connaîtrait que la raison comme principe directeur. Les autres, comme Erasme (L'institution du Prince chrétien, 1516) se demandent comment le bon souverain, ennemi des vices, ami des arts et de la justice, doit s'y prendre pour éviter toute guerre. Vaine entreprise selon Machiavel. Non seulement vaine, mais encore dangereuse : le « bon » Prince n'est pas un rêveur mais un homme pragmatique et réaliste. Il sait que la cité ne sera jamais réglée suivant des principes exclusivement rationnels.

Soucieux de s'en tenir à la « vérité effective de la chose »; il accède au pouvoir et s'y maintient en se fondant sur la connaissance du jeu inextricable des passions humaines au sein même de la meilleure des républiques. S'il utilise la force (tel un « lion ») et la ruse( celle du « renard ») ce n'est pas pour opprimer mais pour canaliser la violence et infléchir la « fortune » dans le sens des intérêts du peuple tout entier. LHL

 

Partager cet article

Published by laurence hansen-love - dans Sciences-po
commenter cet article

commentaires

Savi 05/11/2015 20:17

Si la cité ne peut être réglée selon des principes exclusivement rationnels, selon Machiavel, elle ne peut non plus l'être selon des principes purement émotionnels ...

" La connaissance [du Prince] du jeu inextricable des passions humaines au sein même de la MEILLEURE DES REPUBLIQUES ..." suppose déjà le passage par l'idéalisation ou l'idéalisme avant d'atteindre le "réalisme" nécessaire au bien commun.

Quant à "la vérité effective de la chose", il n'est pas sûr que ce soit les plus pragmatiques qui la détiennent.

Merci en tout cas de vos réflexions quotidiennes et des liens si intéressants que vous nous proposez.

Cordialement.

laurence hansen-love 06/11/2015 09:32

Evidemment, les principes émotionnels ne peuvent déterminer une politique..Mais on voit bien tout de même la pertinence de Machiavel: le Prince chrétien, ou encore rêveur, fera plus de mal que de bien. Après cela, chacun interprète les faits "la vérité effective de la chose) comme il l'entend.

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • Hansen- love  over-blog
  • : Professeur de philosophie, à IPESUP. Directrice de collection chez Belin et chez Hatier.Co-auteur de : Philosophie,anthologie (Belin) et Philosophie de A à Z (Hatier). Auteur de : "Cours particulier de philosophie" et "La philosophie comme un roman" (Hermann)
  • Contact

Recherche